fbpx
Je suis tombé amoureux du métier d'enseignant

“Je suis tombé amoureux du métier d’enseignant.”

“Je suis tombé amoureux du métier d’enseignant.” 1024 684 Le choix de l'école

“Je suis tombé amoureux du métier d’enseignant.”

Après deux ans d’enseignement en collège REP à Montfermeil (93) avec Le Choix de l’école, Diego passe le CAPES de maths et poursuit son parcours d’enseignant dans un lycée de Montreuil (93). Dans cette interview, il raconte sa transition du collège au lycée et parle de l’orientation au lycée.

“Les enfants sont merveilleux.”

Quand j’ai fait le programme du Choix de l’école, c’était surtout pour moi une manière de découvrir ce beau métier pendant deux ans. En effet, je suis tombé complètement amoureux du métier d’enseignant.

Les enfants sont merveilleux. Toutes les émotions que je ressens au quotidien, ce sont les élèves qui me les transmettent, les bonnes comme les moins bonnes. Je ressens beaucoup de joie à être avec eux au quotidien.

Et puis en tant qu’enseignant, mon environnement de travail change en permanence. Bien sûr, la salle de classe reste au cœur mais la salle des profs, la cour de récréation, le réfectoire, sont aussi importants pour moi.

“Au lycée, la question de l’orientation est centrale.”

Je suis dans un lycée général, technologique et professionnel. J’ai beaucoup de classes de seconde ce qui ne me change pas énormément des élèves de 3e que j’avais au collège, mais j’ai aussi des élèves en 2e année de BTS qui ont autour de 20 ans.

C’est très intéressant d’avoir à la fois les plus jeunes et les plus âgés du lycée. C’est un rapport enseignant-élève complètement différent.

J’ai une posture beaucoup plus responsabilisante avec les BTS par exemple. Les élèves en seconde, eux, sont en pleine transition entre le collège et le lycée et commencent seulement à prendre conscience qu’il va falloir faire des choix assez rapidement pour leur orientation.

“Entre la pression des parents et la crainte de décevoir, ce n’est pas toujours facile pour les lycéens.”

Une grande différence avec le collège, c’est que dès la seconde, et tout au long du lycée, la question de l’orientation est omniprésente. Et le rapport avec les élèves sur ces sujets change lui aussi.

C’est beaucoup plus facile de parler d’avenir à un jeune que ça concerne directement dans les 2 ou 3 années à venir, plutôt qu’à un collégien de 12 ou 13 ans pour qui cela ne représente rien du tout.

C’est assez dur pour certains élèves d’ailleurs, car depuis la nouvelle réforme du lycée, ils doivent faire un choix de leurs matières très tôt. Il faut réussir à se dire par exemple “Bon, les maths, ce n’est pas pour moi”. Et puis il y a parfois cette déception entre ce qui est voulu par l’élève, ce qui est voulu par les parents, et ce qui est le mieux pour l’élève. Entre la pression des parents et la crainte de décevoir, ce n’est pas toujours facile pour les lycéens.

Je répète toujours aux élèves que c’est eux qui choisissent leur orientation, même si c’est important d’écouter les conseils des parents et des professeurs.

En tant que prof, ça nous met aussi une certaine pression de se dire qu’on peut influencer ce choix et l’avenir de l’élève. On ne veut pas se tromper. Mais d’un autre côté, c’est une nouvelle responsabilité qui me plaît beaucoup.

Si je revois un élève dans 5 ou 10 ans, je me demanderai vraiment à quel point j’ai pu avoir un impact, à quel niveau je l’ai aidé ou au contraire ce que j’aurais pu faire différemment.

> Voir aussi : le témoignage d’Anne-Charlotte, ancienne enseignante avec Le Choix de l’école qui est aujourd’hui DG de l’association EdTech France.

Déposez votre candidature en ligne pour faire votre première rentrée comme enseignant en collège dès septembre 2021 avec Le Choix de l’école.

Newsletter

Suivez nos actualités

Nous respectons les lois sur la protection de la vie privée