fbpx
Louise, enseignante de mathématiques avec l'accompagnement du Choix de l'école

“Enseigner, c’est plus qu’un simple métier.”

“Enseigner, c’est plus qu’un simple métier.” 1024 684 Le choix de l'école

Louise enseigne les maths dans un collège REP+ de Garges-lès-Gonesse (95) depuis septembre 2019 avec l’accompagnement du Choix de l’école.

“Enseigner, c’est plus qu’un simple métier.”

Avant même d’être diplômée de l’em lyon, Louise décide de devenir enseignante. Depuis septembre, elle est prof de maths dans un collège à Garges-lès-Gonesse (95).

Tu enseignes depuis septembre. Comment ça se passe ?

Je suis dans un collège REP+ dans une cité à Garges-lès-Gonesse. On entend beaucoup de préjugés sur l’éducation prioritaire, mais j’ai été surprise à tous les points de vue. Déjà le climat scolaire dans mon collège est vraiment bon, certains profs sont là depuis 30 ans, il y a aussi beaucoup de jeunes profs mais qui restent au moins 5 ans. Ensuite, le niveau des élèves en maths est assez bon dans l’ensemble.

Et avec les élèves ?

Alors les 6e sont encore petits, ils sont émerveillés facilement.

L’autre jour, on travaillait les droites parallèles, je leur ai montré des illusions d’optique, ils étaient debout dans la classe, ils n’en croyaient pas leurs yeux, “Madame, c’est incroyable !”.

Avec une de mes classes de 5e, c’est un peu moins facile. Déjà parce que je les ai en fin de journée, et surtout parce que, faute de prof, ils n’ont pas eu de cours de maths pendant quatre mois l’an dernier. Donc ils sont nombreux à avoir lâché les maths et à être très fatalistes.

Enseigner les maths, ça te plaît ?

Les maths c’est une matière qui permet aux élèves de progresser très vite, il suffit d’un déclic pour débloquer un élève. Ça me plaît de voir leurs efforts récompensés et surtout de leur permettre de développer leur esprit logique.

J’aimerais les inscrire à l’un des nombreux concours de maths qui existent, je pense en particulier à celui qui s’appelle “La course aux nombres”. C’est 30 questions en 9 minutes, les élèves aiment bien ce genre de défi, quand ils répondent correctement, ça leur redonne confiance en eux.

Enseigner, c’est aussi stimulant intellectuellement pour moi. Il y a plein de façons de faire cours, il faut s’adapter à chaque classe, certaines choses fonctionnent, d’autres non …

En plus dans mon collège, un groupe de profs s’intéressent à la pédagogie Freinet, il y a deux classes pilotes, appelées classes coopératives. Je suis professeure de l’une de ces classes, donc je vais être amenée à beaucoup échanger avec mes collègues sur les nouvelles pédagogies, la coopération. Le but de ces classes est de rendre les élèves plus autonomes. C’est super de partager avec des collègues qui sont à fond là-dedans.

Donc voilà, je trouve qu’enseigner, et peut-être particulièrement en éducation prioritaire, c’est plus qu’un simple métier.

À quel moment t’es-tu dit que tu voulais devenir prof de maths ?

J’ai toujours été attirée par l’enseignement, j’ai mon BAFA, j’ai fait de l’animation, mais enseigner, travailler avec des ados, j’avais mis tout ça dans un coin de ma tête.

Pendant mon stage de fin d’études dans une entreprise à Lyon, j’ai vite compris que je n’étais pas amenée à faire ça toute ma vie. À cette époque, je prenais tous les jours le bus à côté d’un collège. J’entendais les ados discuter à l’arrêt de bus, ils parlaient du collège, des profs, des cours…
Quelque part ça a réactivé mon envie de travailler dans l’enseignement. Clairement j’attendais de trouver une solution pour ne pas me lancer seule, donc Le Choix de l’école, l’accompagnement, le suivi, c’est ce qu’il me fallait pour franchir le pas.

POUR ALLER PLUS LOIN

Newsletter

Suivez nos actualités

Nous respectons les lois sur la protection de la vie privée