fbpx
Emmanuelle, enseignante en collège REP accompagnée par Le Choix de l'école

« L’enseignement est venu me débaucher sur mon lieu de travail. »

« L’enseignement est venu me débaucher sur mon lieu de travail. » 600 400 Le choix de l'école

Emmanuelle vient de rejoindre la cohorte 2019-2021 des enseignants Le Choix de l’école.

“L'enseignement est venu me débaucher sur mon lieu de travail.”

Emmanuelle est rédactrice en chef adjointe du magazine Marie Claire lorsque Louise, 15 ans, vient faire son stage de 3e à ses côtés. Ce stage d’observation aura un impact inattendu sur le parcours d’Emmanuelle…

Quel a été le déclic pour te lancer dans l'enseignement ?

Raconter, expliquer, transmettre, c’est le cœur de mon métier de journaliste.

Ces dernières années, le besoin d’un engagement réel en faveur de l’égalité des chances a commencé à se faire prégnant.

J’étais rédactrice en chef adjointe du magazine Marie Claire quand Louise, 15 ans, est arrivée pour faire son stage de 3e auprès de moi, c’était il y a un an. Louise était en 3e dans un collège REP de Boissy-Saint-Léger. Elle n’était jamais venue à Paris, nous nous sommes rencontrées grâce à l’association Viens Voir Mon Taf. En l’envoyant sur des petits reportages, j’ai découvert son sens de l’observation, d’une drôlerie implacable, qui ne demandait qu’à être aiguillé. Après lui avoir enseigné les rudiments de l’argumentation et de la construction d’un article, j’ai vu éclore un véritable talent pour la narration. Je ne me suis jamais sentie aussi utile, jamais mon énergie n’avait été aussi bien employée.

Six mois après, je démissionnais. L’enseignement était venu me débaucher sur mon lieu de travail.

Pourquoi avoir rejoint Le Choix de l’école ?

Seule, j’aurais eu mille raisons de renoncer à l’idée de me lancer dans l’enseignement. Le Choix de l’école m’offre mille occasions de renforcer cette décision. L’université d’été d’abord, que j’attends avec impatience. Mais aussi les visites de classes dont je sors invariablement plus enthousiaste que jamais, les rencontres avec des professionnels de l’éducation nationale novateurs et engagés, qui me font soudain envisager un futur de proviseure ou d’inspectrice d’académie, et enfin cette joyeuse bande de futurs profs et futurs collègues que nous formons, mus par le même besoin de combattre le déterminisme social.

On ne se connait pas encore bien, mais nous avons ça en commun.

Comment envisages-tu tes premiers jours en classe ?

Avec une trépignante impatience et une anxiété légère que j’espère salutaire. Mes premiers cours seront sûrement trop longs, trop ceci, pas assez cela, il s’agira de s’adapter, d’inventer, de trouver des solutions pour captiver, aiguiser la curiosité, donner envie. Je m’attends à ce que ma première heure chamboule le peu de certitudes que j’aurai. Et ça me plaira beaucoup.

POUR ALLER PLUS LOIN

  • Pour bénéficier d’un accompagnement pendant vos deux premières années d’enseignement en collège d’éducation prioritaire, rejoignez le programme Le Choix de l’école. Candidatez en ligne.
Newsletter

Suivez nos actualités

Nous respectons les lois sur la protection de la vie privée