fbpx
Photo Marion la main tendue

« Face à un élève harceleur, il faut faire renaître le sentiment d’empathie. »

« Face à un élève harceleur, il faut faire renaître le sentiment d’empathie. » 600 400 Le choix de l'école

L’association Marion La main tendue interviendra à l’université d’été auprès des nouveaux enseignants sur le harcèlement scolaire.

“Face à un élève harceleur, il faut faire renaître le sentiment d’empathie.”

L’association Marion La main tendue interviendra sur le harcèlement scolaire auprès des futurs enseignants du programme Le Choix de l’école, lors de l’université d’été 2019. Danièle Habis-Poirot, psychologue, psychothérapeute, et spécialiste des milieux scolaires, viendra leur présenter Pikas, la méthode de la préoccupation partagée.

Qu’est-ce qui amène des élèves à harceler leurs camarades ?

Au collège, il y a une forte volonté des adolescents de faire partie du “groupe”. Plus le groupe sera dans l’extraversion, plus les individualités vont se perdre au profit de l’identité de groupe. Désigner et harceler un bouc émissaire, va favoriser le sentiment d’appartenance à ce groupe, et la peur d’exclusion du groupe va prendre le dessus sur le sentiment d’empathie.

Le “leader” du groupe, est souvent peu empathique et mène les autres dans ce sens. Au sein de l’association Marion La main tendue, nous utilisons la méthode Pikas de la préoccupation partagée, qui permet de casser les dynamiques de groupe, et de ré-individualiser les personnes pour faire renaître leur sentiment d’empathie.

A cet âge-là, les adolescents se comportent différemment lorsqu’ils sont en groupe, lorsqu’ils sont seuls, en classe ou en famille.

Il arrive souvent que des parents d’enfants harceleurs soient extrêmement surpris quand ils apprennent que leur enfant a harcelé un camarade.

Quelles sont les difficultés rencontrées par les élèves harcelés ?

L’enfant ciblé par le harcèlement sait qu’il peut se faire harceler à tout moment.

L’impact du harcèlement est énorme en termes d’attention et de concentration. L’enfant victime est dans une situation de stress aigüe.

Il va mobiliser toute son énergie à sa défense. Le reste passe au second plan, et la première conséquence se ressentira souvent sur les notes. Cela peut aussi se manifester différemment, par des troubles alimentaires et du sommeil, des troubles de l’anxiété, des idées noires, jusqu’à des tentatives de suicide.

Les dernières recherches montrent aussi que le harcèlement a un impact sur ceux qui l’observent, qui vont eux aussi se sentir en insécurité.

Il y a aussi des effets sur le long terme, les souvenirs et les blessures dues à cette période restent parfois longtemps. Ces troubles peuvent persévérer à l’âge adulte, et mener à des troubles sociaux.

Quelles sont les difficultés rencontrées par les professeurs face à des situations de harcèlement ?

Il est important de prévoir un dispositif collectif en amont dans l’établissement, afin de pouvoir réagir à ce genre de problème au plus vite quand il se présente.

Le dispositif consiste à identifier des personnes référentes parmi l’équipe pédagogique et les élèves, qui permettront de prévenir, de détecter et de gérer les cas de harcèlement.

La première étape consiste à réunir les professeurs et l’équipe pédagogique, pour mettre en commun leurs connaissances du climat spécifique à chacune des classes et identifier d’éventuels points de vigilance.

ll faut ensuite, sur la base du volontariat, choisir les enseignants référents du dispositif, et les élèves qui auront le rôle de “copains vigilants” dans chaque classe, et qui seront formés à la méthode Pikas.

Les élèves qui se portent habituellement volontaires pour ce rôle font preuve d’une sensibilité particulière envers les autres, et ont parfois été eux-mêmes victimes de harcèlement. Sans être des médiateurs, ils servent de relai d’information auprès du professeur.

Concrètement, une fois le dispositif mis en place, comment intervient-on ?

Nous utilisons la méthode de la préoccupation partagée, la méthode Pikas, créée en Suède dans les années 1970 à l’initiative du professeur de psychologie Anatol Pikas, et notamment mise en place en France par Jean-Pierre Bellon, professeur de philosophie.

C’est la méthode de la préoccupation partagée, qui permet de développer l’empathie chez les élèves harceleurs

Une fois le cas de harcèlement détecté grâce aux “copains-vigilants” et aux professeurs référents, il faut organiser des temps d’échanges entre, d’un côté, un enseignant et la cible, et de l’autre, un enseignant et les intimidateurs présumés. Ces temps d’échanges séparés permettent de préserver la partialité des interlocuteurs.

Comment agir spécifiquement sur le cyber-harcèlement ?

Dans les collèges, de nombreux intervenants et associations extérieures peuvent intervenir gratuitement dans les classes sur les dangers et les enjeux des réseaux sociaux et d’internet.

Professeurs et élèves peuvent ainsi bénéficier d’une formation. Lors d’une intervention, le professeur va quitter son rôle habituel, et observer sa classe en interaction avec un autre adulte. Cet autre angle de vue sur sa classe peut être très utile. Pour les élèves, le fait de se retrouver devant un intervenant neutre, permet de libérer la parole.

Ces interventions permettent de parler des comportements de chacun sur internet : ce n’est pas parce qu’on est derrière un écran que l’on peut tout se permettre.

La trace numérique et les limites de l’intimité sont des questions à aborder avec les élèves.

Apprendre à développer un esprit critique, prendre du recul sur les informations que l’on voit et que l’on reçoit, pour éviter les erreurs de jugement et les raccourcis, est aussi très important.

POUR ALLER PLUS LOIN

  • Pour bénéficier d’un accompagnement pendant vos deux premières années d’enseignement en collège d’éducation prioritaire, rejoignez le programme Le Choix de l’école. Candidatez en ligne.
Newsletter

Suivez nos actualités

Nous respectons les lois sur la protection de la vie privée