fbpx
Laure, nouvelle admise dans le programme Le Choix de l'école

« Enseigner, c’est un métier qui allie théorie et terrain. »

« Enseigner, c’est un métier qui allie théorie et terrain. » 600 400 Le choix de l'école

Laure vient de rejoindre la cohorte 2019-2021 des enseignants Le Choix de l’école.

``Enseigner, c'est un métier qui allie théorie et terrain. C'est ce qui m'attire.``

Depuis toujours, Laure envisage de devenir professeur « un jour »… Après Sciences Po, elle a du mal à se projeter dans les métiers qui se présentent, et c’est en suivant le fil de son engagement associatif (Fraternité Bernadette, Dorothy Café) qu’elle décide de s’orienter vers l’enseignement. Elle vient de rejoindre la cohorte 2019-2021 des enseignants Le Choix de l’école. Dès septembre 2019, elle enseignera le français en collège d’éducation prioritaire en Île-de-France.

Quel a été ton parcours avant de rejoindre Le Choix de l’école ?

J’ai fait pas mal de stages dans le monde associatif, et à chaque fois le fil rouge était l’éducation.

À Sciences Po, j’ai fait une année de césure en service civique dans l’animation, à Marseille. Cette expérience m’a donné envie de transmettre, mais m’a aussi permis de réaliser que l’animation, ce n’était pas exactement ce que je cherchais.

De fil en aiguille, j’ai travaillé dans la presse jeunesse chez Bayard, et là j’ai compris que les sujets liés à la transmission, la pédagogie me plaisaient vraiment. Mais ici encore, il me manquait quelque chose. Je voulais être en contact avec les enfants, voir leurs réactions face aux contenus que je proposais.

C’est en discutant avec des amis enseignants que j’ai pris la décision de me lancer dans l’enseignement. Enseigner, c’est un métier qui allie théorie et terrain, et c’est ce qui m’attire. Je pense que ce métier va me permettre d’être créative et innovante pour ajuster ma pratique en fonction des retours des élèves.

Décider de te lancer dans l’enseignement, un choix difficile ?

En parallèle de ma candidature pour Le Choix de l’école, j’ai postulé dans un cabinet de conseil. Mon idée était de me donner à fond dans les deux directions, pour ne rien regretter.
Les entretiens avec le cabinet de conseil se sont bien passés, mais je n’arrivais pas à me projeter dans ce travail. Ce processus de recrutement a confirmé mon envie d’enseigner.

Quand j’ai décliné le poste en conseil pour rejoindre Le Choix de l’école, j’ai eu la sensation de faire un vrai choix.

Comment envisages-tu tes premiers temps en classe ?

J’appréhende un peu la question de l’autorité et la gestion de la fatigue. Mais j’ai aussi hâte de voir comment les élèves réagissent aux textes, de voir ce qui les intéresse. J’aimerais bien leur proposer de travailler sur des textes de Timothée de Fombelle et Helen Keller par exemple.

Il va aussi falloir que je trouve des astuces pour prendre du plaisir à travailler sur la grammaire avec mes élèves, même si c’est quelque chose qui m‘attire moins a priori.

Comment s'est passée la journée de sélection avec Le Choix de l'école ?

J’ai beaucoup apprécié cette journée. Lors de l’entretien individuel, j’ai pris le parti de partager mes appréhensions et mes doutes avec le jury. J’ai été admise quand même, alors je me dis qu’entre cette association et moi, ça va coller.

POUR ALLER PLUS LOIN

Newsletter

Suivez nos actualités

Nous respectons les lois sur la protection de la vie privée