Le choix de l'école - Interview Camille

“Depuis que j’enseigne, j’ai envie d’aller travailler le matin”

“Depuis que j’enseigne, j’ai envie d’aller travailler le matin” 1024 684 Le choix de l'école

Camille, professeur de lettres classiques

“Depuis que j’enseigne, j’ai envie d’aller travailler le matin”

Après son diplôme de Sciences Po en 2015, Camille a envie d’un métier à forte composante social. Elle rejoint d’abord un cabinet de conseil spécialisé sur les questions d’innovation en santé, mais réalise très vite que cela ne sera pas suffisant. En 2016, elle découvre l’association Le Choix de l’école et ose franchir le pas vers l’enseignement.

“Dans le conseil, je ne me sentais pas réellement à ma place”

Lors de mon expérience au sein du groupe Orange, je faisais du conseil en transformation digitale des établissements de santé. Moi qui avais envie d’un métier à fort impact social, j’ai d’abord pensé que ce serait un bon compromis. Mais au final, je ne me sentais pas réellement à ma place.
En parallèle de mon travail, j’étais dans une association de prise en charge de personnes handicapées, et je donnais des cours au secours catholique. Je trouvais ça beaucoup plus épanouissant que mon job où la composante sociale était présente en fond mais pas directement dans nos missions de conseil.
Depuis que j’enseigne, j’ai envie d’aller travailler le matin, j’ai envie d’aller au collège, et c’est un sentiment de satisfaction inégalable.

“Je trouvais ça trop vertigineux de devenir prof, je n’y serais jamais allée sans ce programme.”

Un jour j’ai rencontré un enseignant du programme Le Choix de l’école, et ses récits sur le métier d’enseignant m’ont convaincue.
Je trouvais ça trop vertigineux de devenir prof, je n’y serais jamais allée sans ce programme. Devenir enseignant avec Le Choix de l’école, ça change notre approche du métier et le rend tout d’un coup plus accessible.
Être accompagné par des professionnels qui connaissent le secteur, faire partie d’une cohorte de jeunes enseignants qui partagent les mêmes motivations que vous, c’est un énorme plus.

Avec les autres enseignants du programme, on crée nos cours ensemble, on échange sur nos pratiques, on se soutient dans les moments difficiles … Ça fait toute la différence.

“Prof est un métier où j’apprends beaucoup et obligatoirement très vite”

Chaque jour, je suis confrontée à des situations différentes, et j’ai des retours permanents sur mon travail. Si je ne suis pas assez claire, si je suis mal organisée, le retour est immédiat de la part des élèves ! Donc pas le choix, il faut apprendre et s’améliorer en permanence.
Ensuite, il y a un aspect psychologique très important. Je dois apprendre à composer chaque jour avec des caractères très différents, et adapter ma pédagogie.

C’est aussi un exercice permanent de créativité et de remise en question. En cours, je dois sans cesse trouver des nouvelles façons de clarifier le contenu, varier le format du cours, jouer sur l’attention et la mémoire des élèves. Tout l’enjeu est de parvenir à les surprendre, les emporter et les impliquer.
Je dois aussi réfléchir en permanence à ma posture de prof : ne pas être trop proche, garder du recul, toujours se remettre en cause tout en gardant son assurance. C’est un équilibre à définir constamment.

Enfin, ce métier est un énorme exercice d’humilité, on est un bon prof au bout de nombreuses années, et ça personne ne pourra le nier.

Newsletter

Suivez nos actualités

Nous respectons les lois sur la protection de la vie privée